Innovations urbaines et « monde d’après » : Continuité, transformation ou rupture ?

09.10.2020

16:00

2

Table ronde

Qu’est-ce qu’une innovation urbaine et qu’est-ce que la crise provoquée par la pandémie nous en dit ? En quoi les régimes urbains d’innovation sont-ils confortés, transformés ou discutés ?

 

“Innovation urbaine et monde d’avant”
Charles Ambrosino est revenu sur les régimes d’innovation urbaine (démonstration, exploration et transformation). Toutes les villes innovent mais tout le monde n’est pas égal sur le temps long. La façon d’innover n’est pas la même partout ce qui influence la capacité d’un territoire à se démarquer dans l’innovation. Après les phases de planification et de projet urbain, nous sommes aujourd”hui dans une phase d’expérimentation.
L’expérimentation ce n’est pas nécessairement innover. L’innovation se coordonne sur un temps plus long tandis que l’expérimentation se crée sur un temps plus court dans le cadre d’un prototype.

François Ménard, est revenu sur la définition même du mot innovation, qui est dans sa conception vue de “l’ancien monde” essentiellement effectué par le privé quand le public, doit quant à lui, permettre l’innovation des opérateurs. Cependant depuis quelques années, nous voyons émerger des appels à projets innovants permettant de “Réinventer” les villes. L’innovation s’inscrit donc dans le cadre procédural associant ainsi le public et le privé. L’innovation doit atteindre le progrès ce qui n’est aujourd’hui pas toujours le cas, même si des acteurs nantais font bouger les lignes.

“Les villes doivent rechercher leurs résiliences”

Montserrat Pareja est revenue sur la crise sanitaire du printemps dernier. Alors que les villes étaient principalement organisées de façon descendantes, une innovation est apparue, celle de l’action non organisée. Dans les quartiers, les habitants ont su s’entraider et trouver leur propre résilience grâce à la COVID-19. Nous sommes passés d’une société individualiste à des villes où tout le monde pouvait s’engager.

Cette période de confinement a aussi été très riche pour la recherche, Emmanuelle Gangloff et Hélène Morteau, ont réalisé un travail de veille et d’analyse sur la crise COVID. Alors que plus une ville est optimisée et moins elle est résiliente est une remarque importante de ce travail, la notion de réversibilité l’est tout autant. Cela a permis de proposer aux plus précaires des lieux d’hébergements d’urgence par exemple. Cette crise a été un accélérateur de sujets déjà identifiés.

Jean Luc Charles, directeur général de la SAMOA est revenu sur la trajectoire que pourrait prendre l’Ile de Nantes suite à cette crise. Pour ce faire, 60 acteurs du domaine des industries culturelle et créative se sont réunis afin de faire le diagnostic et d’élaborer des scenarii permettant d’envisager le futur de l’Île de Nantes.

Julie Laernoes relève que tout ce travail qu’il soit fait au niveau local, national ou européen est important dans le domaine de l’innovation urbaine. Même si Nantes Métropole s’inspire d’autres villes, tout n’est pas reproductible. Il est aussi essentiel que les villes puissent assurer un lobbying afin de faire entendre leurs voix et ainsi porter le développement d’une innovation plus sociale, telle qu’elle l’a été porté dans ce prix.

 

Intervenant(s)

  • Julie Laernoes

    Vice-Présidente de Nantes Métropole en charge du climat, transition énergétiques et alimentaire, agriculture, résilience et mutations économiques

  • Jean-Luc Charles

    Directeur général de la SAMOA

  • Hélène Morteau

    Post-doctorante au laboratoire PACTE

  • Emmanuelle Gangloff

    Post-doctorante au laboratoire PACTE -Université Grenoble Alpes

  • Montserrat Pareja-Eastaway

    Professeur à l’Université autonome de Barcelone

  • Charles Ambrosino

    Maître de conférences à l’Université de Grenoble Alpes

  • François Ménard

    Coordinateur du programme : La gouvernance urbaine de/par l’innovation, pour le PUCA - Plan Urbain Construction Architecture

  • Dominique Sagot-Duvauroux

    Co-responsable scientifique du programme SCAENA

  • Laurent Devisme

    Professeur à l’ENSAN

  • Raphaël Suire

    Professeur à l’Université de Nantes

© 2020 Nantes Métropole