Le Monde – Gérer les crises

08.10.2020

16:00

1

Table ronde

Chaque crise, quelle que soit sa nature, provoque des inévitables bouleversements des modes de gouvernance et des circuits de prises de décisions. L’adaptabilité, nécessaire et indispensable pour surmonter des situations exceptionnelles, fait naître de nouveaux circuits de production et de distribution, ainsi que des désirs profonds de changements dans l’organisation collective. Cette deuxième table ronde permettra d’observer les initiatives à la fois locales, nationales et européennes qui éclosent en temps de crise.

Est-ce que les crises déclenchent toujours l’envie, le besoin d’innovation citoyennes ? Les crises, quelles qu’elles soient, génèrent un besoin d’innovation pour faire face à la situation. Ces innovations sont souvent d’ordre technologiques, mais le numérique ne permet pas tout et il est nécessaire de faire de la place aux initiatives démocratiques et citoyennes. Cela passe par la mise en œuvre de nouvelles politiques dans lesquelles les territoires ont un grand rôle à jouer grâce à la proximité avec les citoyens. Le cœur de la démocratie étant la participation citoyenne, il est nécessaire d’innover en continue pour impliquer les citoyens.

Est-ce que vous pensez que la France est en retard sur le processus d’innovation ? La France n’est pas en retard, mais plutôt en avance selon les propos d’Olivia Grégoire. Il faut cependant faire attention à aller au bout du processus de participation citoyenne et d’innovation. En effet un processus interrompu ou une fausse délibération serait la pire des choses, parce qu’ils dégouteraient les participants de ce type d’actions. Par ailleurs, s’il existe souvent un consensus sur l’existence du problème, s’accorder sur la thérapie à adopter pour le résoudre reste complexe. La situation actuelle de pandémie du COVID-19 en est un exemple : l’existence du virus et de sa menace ne sont pas en doute, pas plus que le fait qu’il est nécessaire de prendre des mesures sanitaires. Cependant pour faire accepter ces mesures il faut que la population les comprenne, les trouve cohérentes et soit convaincue de leur bien fondé pour s’astreindre à les respecter.

Est-ce que les initiatives citoyennes peuvent changer d’échelle ?  Il est nécessaire de sortir de la « démocratie de laboratoire », démocratie à petite échelle. Pour ce faire, il faut transférer ce qui marche localement à une plus grande échelle. Dans cette même logique, il faut mieux reconnaître et mieux soutenir les petites initiatives et leur donner accès à des soutiens financiers qui leur permettront de s’élargir. Il peut également être difficile de confronter idéologies et réalités tangibles dans la mesure où ce qui fonctionne en théorie n’est pas toujours applicable dans la réalité.

Intervenant(s)

  • Olivia Grégoire

    Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie, des finances et de la relance, chargée de l'économie sociale, solidaire et responsable

  • Robert Steen

    Adjoint au maire d'Oslo pour la santé, la longévité et les services municipaux

  • rolland-johanna
    Johanna Rolland

    Présidente de Nantes Métropole et Maire de Nantes

  • Matthieu Auzanneau

    Directeur du Shift Project

  • Romain Slitine

    Enseignant à Sciences Po Paris, auteur "Le coup d'Etat citoyen" La Découverte

© 2020 Nantes Métropole